Histoire d'enfance: L'elfe de maison a toujours raison (par Maltabius)

J'ai décidé aujourd'hui de reprendre ma plume pour vous raconter une petite histoire de mon enfance. C'est un récit tout à fait véridique, j'en suis le garant de son authenticité. Elle se déroule durant ma jeunesse alors que j'avais à peine huit ans, et prend place dans le village ou j'ai vu le jour. Nous vivions là, tranquillement, tout un village de majestueux Taurens. Notre vie partagée entre la culture, la chasse, l'élevage, et autres activités nobles. Cependant lors d'une compagne de chasse, les grands mâles du village ramenèrent un jour un bien étrange trophée. Il s'agissait d'un Elfe. Un solitaire vivant loin des siens, qu'ils avaient surpris, alors qu'il les guettait du haut d'un arbre, se croyant bien à l'abri. Rapidement capturé, ils l'avaient attaché et ramené, afin de l'étudier. Il fût offert à mon père, alors chef du village, afin de lui servir de domestique. Après une courte période où il tenta de se rebeller, il se rendit bien vite compte que s'il tenait à la vie, il lui faudrait ravaler son orgueil et obéir. Les hommes du village testèrent sa force, son endurance, sa vitesse, cherchant chaque jour à en apprendre plus sur lui. En dehors de ces périodes, il devait s'occuper de la hutte de mon père, la tenir propre, préparer les repas et toutes sortes d'autres tâches ménagères, à tel point que bientôt dans tout le village il fût appelé : " l'Elfe de maison. "

La vie au village était assez dure pour lui. Mon père était sévère, mais pas plus qu'avec les autres Taurens, il agissait de manière juste et honnête, mais le pauvre Elfe semblait beaucoup souffrir. Il était le sujet de moqueries de la part des jeunes Taurens et son amour propre en prenait en coup. Peu à peu, faisant un peu partie de la vie du village, il tenta de faire entendre sa parole, mais bien mal lui en pris. Ces évènements se déroulèrent lors d'une réunion importante du conseil du village. Elle avait lieu dans la grande hutte de mon père, et tous les guerriers étaient présents. En ma qualité de fils de chef, j'assistais aussi. Les discussions allaient bon train, et une délicieuse liqueur de fruit circulait en abondance. Le conseil cherchait à statuer sur la position à prendre envers un clan d'Elfe des forêts, repéré depuis peu. L'Elfe du village, était aussi là, un peu à l'écart, chargé de remplir les choppes, mais il ne perdait pas une miette des discours, semblant s'intéresser.

La majorité des Taurens présents, étaient de l'avis de ne pas prêter attention aux elfes, arguant du fait de leur faible constitution, ils pensaient que ces êtres ne représentaient pas une réelle menace. Cependant certains, dont mon père, étaient plus préoccupés. Il se méfiait et essayait de faire entendre sa voix.
" Mes amis, du calme, je pense que ce clan d'Elfe n'est pas à considérer comme une chose négligeable. Bien sûr, ils sont plus chétifs que nous, bien sûr ils sont moins forts, mais d'autres qualités leurs ont été offertes par la nature. Par certains points, ils pourraient même nous surpasser. " Un brouhaha s'ensuit alors, où chacun parlait allégrement, haussant le ton de plus en plus.
" C'est certain !! Les Elfes vous dominent dans bien des domaines !!! " Le silence se fit. C'était l'elfe du village qui venait de prendre la parole, sans y avoir été invité. Passé la surprise, deux grands guerriers se levèrent brusquement de table, la main sur le manche de leur arme. Mais mon père leur fit un bref signe de tête pour les arrêter.
" Du calme, du calme, il se pourrait effectivement que l'Elfe de maison ait pour une fois raison ! "
" Vous ne m'écoutez guère d'habitude, mais sachez bien que l'Elfe de maison, comme vous dites, a toujours raison !! " J'eut brusquement le sentiment, que le goût de la vie l'avait quitté, et qu'il cherchait à mourir rapidement. Cette fois mon père dû se lever pour calmer les ardeurs de ses frères. Une fois que tout le monde fut rassis, il s'adressa directement à l'Elfe.
" Hé bien, discutons puisque c'est ce que tu sembles désirer. Alors dis moi voir, puisque tu dis avoir toujours raison, en quels domaines les Elfes nous sont supérieurs ? Sont-ils mieux dotés que nous par la nature ?? " Mon père avait un éclat de malice qui scintillait dans les yeux, il avait envie de s'amuser.
" Oui évidemment, ils sont agiles, silencieux, furtifs, se fondent dans la nature mieux que quiconque, ils sont précis et rapides. "
" Mais les Taurens aussi ont des dons, ils sont forts, résistants, impressionnants, ils peuvent abattre un homme d'un coup. Tout ceci n'est pas une preuve de supériorité, ce n'est que la nature qui nous a façonnés de telle ou telle sorte. "
" Mais les Elfes sont un peuple ancien qui a apporté sa pierre à l'édifice depuis la nuit des temps. "
" Tu nous connais mal, le peuple Taurens a lui aussi une histoire qui remonte à cette période. "
" Peut-être, mais nous sommes un peuple uni, nous vivons soudés, nous avons créé une société autonome avec nos propres lois. "
" Exactement comme nous. " L'assemblée commençait à faire entendre quelque rire, tant mon père avait réponse à tout, et peu à peu l'Elfe devenait confus.
" Mais nous sommes un peuple cultivé, nous comptons bon nombre d'artiste et dans bien des domaines. Dessins, écriture, musique, chant, et bien d'autre chose. "
" Tu ne les connais pas, mais notre peuple a aussi son lot d'artistes. Nos musiciens, bien que n'utilisant pas les mêmes instruments que vous, sont de grands créateurs, nos chants résonnent à nos cœurs, et nos écrivains sont très prolifiques. "
" Hé bien, …, nous sommes de merveilleux fabricants d'arcs, nos flèches sont les plus meurtrières. " Mon père se leva en un clin d'œil et lança sa hache à travers la salle. Elle se ficha dans un poteau, à un cheveu de la tête de l'Elfe.
" Dis-moi, ne crois-tu pas que mon arme est aussi dangereuse que la tienne ? " Des applaudissements retentissaient, et l'Elfe perdait pied.
" Nous construisons nos maisons. "
" Penses-tu que la demeure où tu te trouve nous est tombée du ciel ? " Les rires fusaient à présent.
" Nous tissons nos vêtements, et ils sont d'une incroyable qualité. "
" Nous travaillons le cuir comme nul autre. "

L'Elfe semblait s'enfonçait de plus en plus. Il avait perdu sa répartie, il réfléchissait profondément. Puis soudain une lueur lui traversa le regard.
" Les chapeaux !! " s'écria-t-il. " Les chapeaux !! Vous ne portez pas de chapeaux. Nos couvre chef sont les plus beaux qui soient !! "
" C'est vrai nous ne fabriquons pas de chapeaux. Et tu dis que les vôtres sont si formidables que ça ?? " L'Elfe se rua dans la brèche ouverte par mon géniteur.
" Oui ! Ouiii ! " Il s'avança face à mon père, de l'autre coté de la table, et se tenant bien droit, les poings sur les hanches, il dit : " Les Elfes sont les meilleurs pour faire de beaux chapeaux ! "

A ces mots, mon père bondit hors de son siège. Il sauta par-dessus la table d'un bond, et saisit l'Elfe. Sa main droite lui enserrant la taille, tandis que la gauche le saisissait au cou. Il le brandit à bout de bras au-dessus de sa tête, et regardant l'assistance il l'embrochât violemment sur ses deux énormes cornes. Il fit un pas de coté, et se planta devant un grand miroir de plein pied. Il s'y admira quelques instants, tournant la tête à droite et à gauche. Puis enfin il se tourna vers ses hommes et déclara : " Ma foi, il est vrai que les Elfes font de ravissants chapeaux. Grâce à cette brillante démonstration, je crois que l'on peut conclure qu'effectivement l'Elfe de maison a toujours raison. " Je me rappelle alors que la salle partit d'un grand éclat de rire, et cette soirée est, depuis toujours, restée à mon esprit. Libre à chacun d'en tirer une morale.

Reposer le livre sur la bonne étagère...